La salle d’attente : diagnostic d’une personne pas malade

IMAG2105

Cette image évoque un événement heureux. Hé oui!

En attendant la charmante psychologue spécialisée qui allait finaliser mon diagnostic, et qui en à-côté de ses questions pointues et de son griffonnage appliqué pendant que je formulais mes réponses, allait discuter avec une joie contagieuse de sujets reliés, tout en s’extasiant sur mes capacités analytiques, je suivais des yeux la géométrie des ombres de la patère et je méditais.

Voilà, me suis-je dit, où réside le secret. Dans cette perception détaillée du réel et sa connexion à ma définition de l’univers. Dans ce lien presque spirituel entre les sens et le cognitif.

Le rendez-vous que j’attendais dans cette salle a été concluant et de même, par conséquent, le diagnostic. Je suis douée du syndrome d’Asperger. Pourquoi douée? Parce que je n’en souffre pas. Même si les particularités de cette différence neurologique ont pu être à la source de certaines difficultés, elles m’ont surtout apporté des capacités dont je suis fière et qui ont enrichi ma vie. Mais ça, vous l’avez peut-être déjà compris!

Ce n’est pas un malheur donc, il n’y pas de sentence, pas de mauvaise nouvelle, pas de honte. Que du positif: un nouveau point de vue, une validation de mes questionnements, des pistes pour mieux me respecter dans mes sensibilités et mieux comprendre et aimer ceux qui m’entourent et, surtout, un tremplin pour aujourd’hui et demain.

Je suis aspie, Asperger, autiste.

Que la fête des sens et de l’intellect commence!

… ou continue 🙂

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s